Établissements paléoesquimaux du site Diana 73, Ungava – version pdf

5.00$

Ce travail utilise des données archéologiques recueillies lors des fouilles effectuées en 1979 dans un site préhistorique de l’Ungava, en Arctique canadien. Ce site, appelé « Gagnon » (DIA. 73, JFE1-30) s’étend sur une superficie d’environ 4 km2 à l’est de l’île du Diana dans la baie portant le même nom. Il est surtout remarquable par la présence d’une centaine de vestiges structuraux associés autant aux périodes paléoesquimaudes que néoesquimaudes. Les travaux de terrain, qui ont privilégié les traces reliées à la période la plus ancienne, ont abouti à la mise au jour d’un total de 193 m2 répartis en plusieurs aires de fouille distinctes. Ces recherches ont révélé divers vestiges structuraux reliés à des emplacements de tentes, ainsi que les vestiges d’une structure de creusement allongée relativement rare au Dorsétien et d’une cache dont les exemples connus et fouillés ne sont pas nombreux. Ces éléments structuraux étaient associés à 2 200 objets lithiques, 137 témoins osseux de nature culinaire et 65 traces fugaces correspondant à divers matériaux organiques. Les analyses réalisées permirent de relier la confection de la structure allongée et de la cache à un groupe apparenté au Dorsétien moyen, qui occupa le site lors de la fin d’un été et/ou le début d’un automne, autour de l’an 0. Cette occupation possède de nombreuses similitudes avec le site Avayalik-2, localisé au nord du Labrador. Outre ces indices, il fut possible de déceler le passage plus discret d’autres groupes paléoesquimaux associés à diverses périodes du Dorsétien. Finalement, la découverte d’une occupation chronologiquement située vers l’an 1 000 avant J.-C., permet de confirmer la présence de paléoesquimaux anciens sur l’île du Diana.

Comparer
UGS : PQ016-pdf Catégories : ,

Description

Résumé
Remerciements

Introduction
Cadre de la recherche
Cadre biogéographique
Le site
La fouille
Présentation du matériel recueilli
Interprétations
Comparaisons : insertions culturelles et chronologiques
Discussion
Conclusion
ANNEXE – Un exemple d’interaction entre l’archéologie et la restauration : la restauration d’un récipient en stéatite înéoesquimau
André Bergeron

Bibliographie

Auteur(s) : Pierre Bibeau
Autre(s) collaborateur(s) :

174 pages
ISBN/ISSN : 0-290144-0-65

 

Titre

Aller en haut