La blessure qui dormait à poings fermés

28.00$

14 en stock

« C’était une blessure fermée, elle dormait à poings fermés. Je me suis dit, je vais l’ouvrir, je vais en parler et je vais sortir cette blessure ancrée en moi »
(Marguerite, survivante d’un pensionnat indien)

 

Au Canada, entre les années 1880 et 1990, plus de 150 000 enfants ont été élèves dans des écoles résidentielles désignées par le gouvernement fédéral comme pensionnats autochtones. Au Québec, on estime que cela a concerné environ 13 000 enfants. Ce livre est consacré à l’expérience particulière du Québec, à ces 13 000 enfants, aux pensionnats qu’ils ont fréquentés, aux adultes qu’ils sont devenus, aux différents acteurs qui ont participé à leur scolarisation et à l’héritage que cette période leur laisse, et nous laisse.

Ce livre n’a pas vocation de dénoncer, mais de participer au vaste projet national, lancé par la Commission de vérité et réconciliation, de faire connaître l’histoire et les séquelles des pensionnats. Il veut inciter à la réflexion à partir de travaux de recherche et ouvrir des champs d’investigation pour améliorer les connaissances, afin que la blessure se referme, dans un futur de relations saines avec les peuples autochtones.

Collaborateur(s) : Alexandra Beaulieu, Marie-Pierre Bousquet, Brieg Capitaine, Paul Charest, Emanuelle Dufour, Karl S. Hele, Mylène Jubinville, Maurice J. Kistabish, Francis Lévesque, Joel Montanez, Jean Morisset, Marcel Petiquay, Audrey Pinsonneault, Anne-Marie Reynaud, Thierry Rodon, Jean-François Roussel, Jocelyne Thomé et Karine Vanthuyne

328 pages

ISBN (imprimé) : 978-2-920366-52-7
ISBN (PDF) : 978-2-920366-53-4

14 en stock

Comparer
UGS : sa016 Catégories : ,

Description

Sous la direction de
Marie-Pierre Bousquet et Karl S. Hele

 

TABLE DES MATIÈRES

PRÉFACE
Les effets « boule de neige » du pensionnat
Maurice J. Kistabish

INTRODUCTION
Une histoire non pour détruire, mais pour éclairer les événements
Marie-Pierre Bousquet et Karl S. Hele

« Le pensionnat »
Poème de Jocelyne Thomé à Émily Mowatt

1ère partie – Civiliser les païens, éduquer les nomades

La fondation du « pensionnat indien » de Sept-Îles/Maliotenam et l’éducation scolaire des enfants des Innus nomades de la Côte-Nord
Paul Charest

De l’intégration à l’autonomisation : l’influence des fondements idéologiques du père o.m.i. André Renaud en matière d’éducation autochtone
Emanuelle Dufour

En compétition pour construire des écoles : l’éducation des Inuits du Nunavik de 1939 à 1976
Francis Lévesque, Mylène Jubinville et Thierry Rodon

« Si j’avais été à l’école, j’aurais la mentalité des Blancs. » La scolarisation des Amérindiens au Québec, un conflit de cultures
Marie-Pierre Bousquet

2partie – Les grands brûlés de l’âme

Survivre au pensionnat. Entre victimisation et action
Brieg Capitaine

Expériences des Inuits du Québec dans les pensionnats
Joel Montanez

« Guérir la vie » : du traumatisme à l’autodétermination à Eeyou Istchee
Karine Vanthuyne

3epartie – « Alors, on parlera de réconciliation »

Compensation financière et réconciliation dans une communauté algonquine du Québec
Anne-Marie Reynaud

Les réactions des Églises devant l’histoire des pensionnats autochtones (1969-2017) : entre résistances et engagement pour la réconciliation
Jean-François Roussel

POSTFACE
Les pensionnats pour blanchiment dans le rêve du Canada
Jean Morisset

ANNEXE
Le Projet Wampum : une initiative de commémoration pour un renouveau des relations avec les Premiers Peuples au Québec
Alexandra Beaulieu et Audrey Pinsonneault (avec la collaboration de Marcel Petiquay)

 

Bibliographie

 

Les auteurs

 

Informations complémentaires

Poids 555 g
Dimensions 27 × 18.5 × 2 cm
Format

Papier, PDF

Titre

Aller en haut